Menu


La lettre sauvée : toute la semaine aux Assises Internationales du Roman du 20 au 26 mai 2019

Soutien de la Fondation : 13000 €


La Lettre Sauvée : L’être au-delà de la lettre

La Villa Gillet et la Fondation Saint-Irénée ont imaginé une performance à l’occasion des Assises Internationales du Roman du 20 au 26 mai. Cette performance fait écho à l’exposition L’Odyssée des livres sauvés, présentée au musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique jusqu’au 22 septembre. Cette Odyssée évoque les livres et les bibliothèques miraculeusement sauvés, mais aussi le rôle joué par les livres qui, bien souvent, servent de compagnon et de soutien lors des exils, des migrations, des moments difficiles.
La performance, tous les soirs à 19h, met en en scène à la fois des écrivains dissidents et des personnes de la société civile bénéficiaires d’associations accompagnées par la Fondation Saint-Irénée qui, par leur témoignage, sont porteurs d’initiatives.

 

 

• Jérôme J. et Léo M. sans abris et utilisateurs de la plateforme Entourage (application mobile).
Ce réseau social œuvre pour faire changer le regard sur les plus faibles. Il permet aux habitants d’un quartier d’agir au plus près pour lutter contre l’isolement des personnes sans-abri par l’organisation de temps de partage, de rencontre et de rendus de service à chaque personne qui le sollicite via l’application mobile.

• Françoise M. et Cédric B. compagnons de Simon de Cyrène.
Cette association développe et anime des maisons partagées à taille humaine, en centre-ville, où vivent ensemble des personnes valides et des personnes devenues handicapées en cours de vie.
Un ambitieux projet immobilier se profile à Villeurbanne où seront regroupées sur un même site une école maternelle et primaire et deux maisons partagées Simon de Cyrène.

• Odile B. habitante de l’éco-hameau de la Bénisson-Dieu.
À l’origine de ce projet, un groupe de familles amies de longue date qui souhaite créer une oasis et mettre en pratique « l’écologie intégrale » prônée par le pape François dans l’encyclique Laudato si’, c’est-à-dire la prise en compte à la fois de l’homme et de la nature, et l’épanouissement de toutes les facultés humaines.

• Merite H. soudanaise accompagnée par l’Association Catholique pour l’Accueil et l’Accompagnement des Migrants.
L’ACLAAM a été créée en 2015 pour répondre à l’appel du pape François pour que chaque paroisse et communauté religieuse accueille une famille de migrants. Sa mission est de soutenir et d’animer le réseau des équipes paroissiales et associatives qui ont osé ouvrir leur porte et leur cœur à une ou plusieurs familles migrantes, en les hébergeant, les accompagnant dans leur intégration en France jusqu’à l’autonomie, et surtout en les soutenant par leur présence fraternelle.

• Maud G., Alicia B. et Ines C., jeunes membres du patronage Saint Jean XXIII à Meyzieu
Cinq patronages soutenus par la Fondation Saint-Irénée ont vu le jour sur le territoire du diocèse de Lyon (Meyzieu, Vénissieux, Lyon 8ème, Lissieu et Mably) suite à la récente réforme des rythmes scolaires. Partager, grandir, découvrir, rire, chanter, s’amuser sont les maîtres mots de ces patronages, pour des jeunes de tous milieux et de toutes origines.

• Monseigneur Najeeb Michaeel, archevêque chaldéen de Mossoul et acteur du jumelage Lyon-Mossoul.
Le jumelage entre les archidiocèses de Lyon et de Mossoul a été annoncé par le cardinal Philippe Barbarin le 29 juillet 2014 suite à l’invasion de Daesh. Il concerne toutes les communautés d’Irak et consiste d’abord en un lien spirituel et fraternel particulier ici et là-bas. Ensemble, nous prions pour le retour d’une paix durable qui permette à toutes les communautés d’Irak de vivre dans leur pays. De nombreux projets ont été soutenus sur place par la Fondation Saint-Irénée et permettent aujourd’hui aux populations de retourner à Mossoul et de reprendre leur vie. De nombreuses actions restent cependant à entreprendre pour permettre aux habitants de la plaine de Ninive de retrouver la joie.